05 janvier 2017

Une colline, un Calvaire

J’ai souffert un peu, mais je n’ai pas vécu un calvaire.

Voilà comment je peux vous résumer la randonnée que j’ai faite aujourd’hui sur la colline du Calvaire d'Oka.

Depuis quelques années, le parc d’Oka n’entretient plus les pistes de ski sillonnant la colline qui sont donc devenues des sentiers de ski nordique qu’on peut aussi emprunter en raquette. 
  
C’était ma première visite depuis ce changement et mon verdict est positif : cette boucle de 8 kilomètres où il faut composer avec un dénivelé d’une centaine de mètres est le meilleur endroit pour faire du ski nordique dans la région immédiate de Montréal.
 
 
J’ai choisi une drôle de journée pour visiter les lieux. Avec le verglas et le grand vent qu’on a eu hier, c’était un brin le bordel dans les sentiers. J’ai dû contourner bien des branches ployant sous le poids du verglas au point d’obstruer la piste. Et j’ai aussi fait pas mal de nettoyage, puisque beaucoup de branches arrachées par le vent étaient tombées dans les sentiers.

Je suis monté au Calvaire en passant par le plus long trajet, qui nous fait nous monter puis descendre un sommet adjacent à celui où se trouvent les chapelles du Calvaire. Heureusement parce que c’est sur cette colline que la glisse était la meilleure. Les raquetteurs sont moins nombreux dans ce coin-là, alors les skieurs qui m’avaient précédé avaient pu tracer des sillons restés intacts.

Ce n’était pas le cas sur la colline du Calvaire, là où les raquetteurs sont beaucoup plus nombreux et où les sentiers sont tapés mur à mur.  Ce qui ne m’a pas empêché d’atteindre mon objectif de la journée…

Bâties sur la colline en 1642, les chapelles du Calvaire d’Oka sont sûrement les plus vieux monuments historiques qu’on peut visiter à skis au Québec. Heureusement, elles ont encore fière allure. Et la vue qu’on a du promontoire où elles sont installées est magnifique.

Ce qui manque à ce parcours, c’est une vraie belle descente mémorable. On en fait une assez excitante quand on redescend du premier sommet, mais ça passe très vite. Et quand on descend du Calvaire, en passant par les stations du chemin de croix aménagé dans la colline, la pente est douce et rectiligne.

C’est dans cette descente que je suis tombé sur ces deux chevreuils peu farouches.

Maintenant que ses sentiers ne sont plus entretenus mécaniquement, la colline d’Oka occupe une « niche » bien à elle: c’est l’endroit le plus proche de Montréal où on peut faire du ski nordique en terrain montagneux. 

Dans mon livre à moi, ça vaut la peine de payer les 23$ que m’a coûté ma visite d’aujourd’hui au parc d’Oka pour en profiter.  Mais bon, c'est sûr qu'on peut faire ce genre de ski gratuitement à plusieurs endroits dans les Laurentides et dans Lanaudière. 

NOTE BF: finalement, ça ne coûte pas vraiment 23$ pour faire du ski nordique au parc d'Oka. Comme un lecteur a écrit plus bas, si on va dans la colline, on n'a pas besoin d'acheter un bilet de ski de fond et on acquitte seulement le tarif d'entrée au parc. 

8 commentaires:

David Huggins Daines a dit...

C'est juste dommage qu'il n'existe à ma connaissance aucun autobus menant de la gare Deux-Montagnes au parc d'Oka hors des heures de pointe. Sinon j'y serai beaucoup plus souvent. Le trajet du centre de Montréal en voiture est presque aussi long que d'aller à Ste-Adèle ou Morin-Heights...

La carte annuelle de la Sépaq coupe le prix de faire du ski presque en moitié (ça revient à 12-14$ je pense) alors ça vaut bien le coût si vous faites de la randonnée en été.

Anonyme a dit...

hein 23 douleurs ? Il me semble que tu aurais du payer que le droit d'accès ? à moin qu'a la guérite la femme ne fait pas la différence entre Nordique & Classique ??

Barclay a dit...

Je n'ai pas pensé préciser à la préposée que j'allais faire du ski nordique dans la colline. Si je comprends bien, il n'y a pas de frais outre le droit d'accès au parc pour faire de la raquette à Oka. Est-ce que la même politique s'applique au ski nordique?

BF

Anonyme a dit...

Oui , il faut le mentionner à la madame ( ou au gars ) que tu viens faire que du nordique . C'est sur que ca parait mal si tu ne te stationnes pas sur le chemin parallèle à la 344 ( ch des collines ) pas loin de l'entrée . C'est de là que parte habituellement tout ceux qui se dirige directement sur la colline du calvaire ( été comme hivers ) . Si tu va au stationnement du littoral, il faudra alors que tu empruntes les pistes damées pour revenir vers la 344 .Liens des prix : http://www.sepaq.com/pq/tarification-parcs-nationaux.dot

Pablo Maneyrol a dit...

Allo,

Savez-vous si c'est tjrs praticable en cette mi-mars ?

Le site de la Sepaq indique que ce n'est pas ouvert (0/8km) depuis le début de la saison, en tout cas chaque fois que j'ai regardé leur site. Est-ce qu'ils ne le gèrent juste plus du tout ? Si je me stationne à proximité, j'y vais, tout est beau ?

Merci,

Pablo

Barclay a dit...

Salut Pablo,

Le parc gère toujours les sentiers de la colline et j'ai souvent vu les sentiers ouverts sur le site des conditions de neige de la SEPAQ. Quand je suis allé un peu plus tôt cet hiver, par exemple, c'était ouvert.

Pour y aller, il faut payer le tarif «raquette» et se stationner à procimité de la guérite du parc, près de la route 344.

Pablo Maneyrol a dit...

Ah ben oui ! Ce week-end (19 mars) c'était indiqué "ouvert 8km/8" alors j'y ai enfin été, et je n'ai pas regretté, même si en cette superbe journée ensoleillée la quarantaine de voitures stationnée sur le bord de la 344 m'a un peu effrayé à l'arrivée.
J'ai payé 8,50$ et une fois dans les sentiers en revanche, plus personne. J'ai du croiser 5-6 raquetteurs tout le long de la boucle de droite, qui se conclue en effet par une petite descente sympa et comme toujours trop courte.
Une fois sur la colline du calvaire en soi, par contre, beaucoup plus de monde, les gens me regardaient comme un extraterrestre avec mes skis classiques (une seule autre dame en ski nordique dans toute la journée). Le point de vue est vriament splendide, il y avait une quinzaine de personnes au sommet quand je suis arrivé (dont au moins deux pères avaient transporté de jeunes bébés dans des porte-bébés). Très joli moment de bronzage en regardant l'horizon qui portait jusqu'aux Adirondaks.
Par contre en redescendant par le sentier normal j'ai un peu pogné les nerfs devant les groupes sans fin de parents et enfants en raquettes ou rando qui montent (très lentement) en sens inverse et qui empêchent totalement de descendre (j'ai attendu presque 10 minutes en haut d'une mini-descente de 20m...). Mais bon, ce sont des sentiers partagés et ils ont bien le droit d'aller voir le beau point de vue aussi !

J'en ai profité pour faire une journée à thématique chrétienne en allant ensuite faire le tour de la vieille église d'Oka, puis skier un peu sur le domaine de l'Abbaye (pas trop aimé) et enfin visiter l'église de Ste-Eustache sur le retour. Et quand même pour pécher un peu, acheté trois bouteilles dans un vignoble de St-Joseph ;-)

Barclay a dit...

Salut Pablo,

J'ai déjà fait cette randonnée sur des skis classiques... mais c'est dans le temps où les sentiers de ski du secteur étaient entretenus mécaniquement!

Intéressant que l'endroit soit si fréquenté durant le week-end. Moi j'y étais en semaine et c'était tranquille.

En skis classiques à l'abbaye, ça doit effectivement être assez pénible. C'est plus un endroit pour faire du ski Hok ou du ski nordique quand il vient juste de tomber de la neige et que les sentiers sont encore vierges ou presque. Encore une bonne destination de semaine plutôt que de fin de semaine. Il faut devancer les raquetteurs et les fatbikers!

BF