05 février 2017

Le parc Doncaster, la Létourneau et la Johannsen-Est

 
Il m’est arrivé quelque chose d’inattendu durant ma randonnée à Sainte-Adèle aujourd’hui : j’ai croisé des participants à la Traversée des Laurentides qui arrivaient de Sainte-Agathe et terminaient leur périple de 185 kilomètres de ski nordique à travers les Laurentides.

Je leur lève ma tuque parce que c’est incroyable de parcourir une telle distance en quatre jours. Je n’aurai jamais ça dans les jambes ! 

En voici un croqué en pleine action...

Mon programme d’aujourd’hui était plus modeste : faire une randonnée sur les pistes Létourneau et Johannsen-Est en partant du parc de la Doncaster, un endroit que je n’avais jamais visité auparavant. 

Quand il m’a vu arrivé avec mes skis, le préposé à l’accueil du parc a commencé par me dire que ses sentiers étaient réservés à la raquette. Mais quand je lui ai expliqué que je venais prendre la Létourneau, il m’a laissé en me précisant que c’était gratuit pour moi ! 

Long de deux kilomètres, le sentier Létourneau part du relais du Père Eddy, sur le P’tit Train du Nord, et traverse le parc Doncaster avant de rejoindre d’autres pistes de ski nordique entretenues par Plein Air Sainte-Adèle

Comme je suis arrivé au parc autour de midi, j’ai commencé par descendre dîner au relais du Père Eddy, qui est plus pimpant que jamais ainsi peint en bleu. 

Attention si vous faites pareil : la piste nous réserve une descente assez intense et technique juste avant de déboucher sur le P’tit Train du Nord. 

C’est le passage le plus difficile sur la Létourneau qui est relativement placide pour une piste de ski nordique des Laurentides. 

Bien sûr, pendant qu’on traverse le parc Doncaster, il faut bien sûr composer avec les ravages des raquetteurs qui «oublient» d’éviter de piétiner la trace des skieurs. Mais au moins, ils ont l’air de respecter cette borne marquant la limite du parc. 

Un peu plus loin, la Létourneau rejoint la Johannsen-Est que j’ai prise en direction sud pour me diriger vers mon objectif de la journée : une colline haute de 350 mètres que j’avais repérée sur la carte des sentiers de Plein-Air Sainte-Adèle.

La Johannsen-Est passe par le sommet de cette colline et j’espérais y faire deux bonnes descentes excitantes. 

J’ai plutôt trouvé deux descentes exigeantes. Du côté sud de la colline, ça descend assez longtemps, mais il faut négocier un virage à angle droit peu commode. Et du côté nord, la descente est abrupte et coupée de deux virages très serrés.   

Je ne pense pas que j’aurais réussi à dévaler ces deux descentes-là sur mes skis nordiques ordinaires. Mais sur mes skis Kom courts et larges, j’ai pu m’en tirer sans problème. 

J’ai rebroussé chemin un peu après la colline, quand la Johannsen-Est donne sur une rue et un lac que j’ai préféré ne pas traverser. Et il m'a fallu à peu près 45 minutes pour revenir au poste d'accueil du parc Doncaster. 

J’ai fait une belle randonnée. Mais si c’était à refaire, je chausserais plutôt mes skis nordiques ordinaires, qui me semblent mieux convenir au relief du secteur. Quitte à éviter ma fameuse colline ! 

Chose certaine, c'est un plaisir de se balader dans ce coin-là. Comme partout sur le territoire de Sainte-Adèle, les sentiers de ski sont bien balisés et on trouve des cartes du réseau à presque toutes les intersections. 

 

2 commentaires:

Julie a dit...

J'aimerais en apprendre un peu plus sur ces fameux «gros skis» que tu utilises en hors piste. Est-ce qu'il faut être un pro du télémark pour skier avec ça ? J'aime bien le ski nordique, j'ai des skis avec des carres mais la plupart du temps j'ai l'impression qu'ils sont trop longs et étroits pour que je me sente en «sécurité». Peut-être que j'aurais plus de fun avec des gros skis....

Barclay a dit...

Salut Julie,

Voir la réponse que j'ai donné à cette question au bas de cet article:

http://skiglisse.blogspot.ca/2016/02/une-randonnee-sur-lelan.html