16 janvier 2016

La TransTerrebonne - tronçon nord


Je vous dis l’essentiel tout de suite: le tronçon nord du sentier de ski de fond de la TransTerrebonne n’a pas autant de charme que sa contrepartie ouest où j’ai fait une randonnée il y a deux semaines.

Fonctionnel mais pas très attrayant. Voilà comment je décrirais ce parcours de six kilomètres que j’ai fait allez-retour en partant de son extrémité sud, qui se trouve sur le chemin Comtois, pas tellement loin au nord de la sortie 35 de l’autoroute 640.

Après avoir laissé ma voiture dans le stationnement, j’ai pris la piste… et tout de suite je me suis buté à ce qu’il y a de plus intéressant à voir sur ce sentier: cette descente en S menant à une passerelle enjambant la rivière Mascouche.

Tracée pour le classique et le patin, la piste longe ensuite la rivière sur environ 2,5 kilomètres, en montant et descendant à quelques reprises le ravin dans lequel serpente le cours d’eau. On a donc droit à quelques montées et descentes dans cette partie du parcours. 

C’est pour cette raison que cette section de la Transterrebonne est classée «experte» sur la carte qui se trouve ci-bas. C’est un peu exagéré parce qu’on parle d’un relief très modeste. Mais c’est vrai que toutes les pentes comportent des courbes qui peuvent dérouter un débutant.

Quand elle lâche la rivière, la piste traverse un champ puis s’enfonce dans un boisé en longeant le golf Le Mirage. Ce bout-là est vraiment plat et un brin monotone. La forêt qu’on traverse est assez banale et la piste la traverse en ligne droite, alors on s’ennuie un brin.

Bref, on n’a pas ici affaire à une attraction touristique. Mais tout n’est pas noir non plus.

En fait, je dirais que la TransTerrebonne Nord est un genre de P’tit Train du Nord en miniature. Parce qu’elle est très bien entretenue. Parce qu’elle ne doit pas nécessiter beaucoup de neige pour être opérationnelle puisqu’elle est entièrement tracée sur une piste cyclable. Et parce que je la  recommanderais en particulier aux adeptes du pas de patin cherchant un endroit pour s’entraîner.

Quand j’ai fait ma randonnée sur la TransTerrebonne Ouest, il y a deux semaines, j’ai vu quelques patineurs qui devaient partager leur couloir avec de nombreux marcheurs et raquetteurs. Du côté nord, aujourd’hui, c’était beaucoup plus tranquille et propice au pas de patin. 

J’ai fait un peu de patin sur mes skis classiques et ç’a été les meilleurs moments de ma randonnée. Mais bon, moi, après 200 mètres de pas de patin, je n’en peux plus…


2 commentaires:

Anonyme a dit...

C'est certain que tu ne pourras pas apprécier le patin avec des ski classique beurrer pour gripper ! Au pire des ski a écailles sont encore mieux si tu prévois faire une sortie ''combi'' .

Barclay a dit...

C'est vrai que je skie sur des skis «beurrés». Mais je ne suis pas sûr que ce soit vraiment les skis le problème. J'accuse plutôt le skieur et son cardio. Cela dit, donnez-moi un faux plat descendant et je peux patiner comme un pro.

BF